Zapping 111011111

Le mensonge de la logique du mérite : comment les grandes fortunes de ce monde, des milliers de fois supérieures à celles d’ingénieurs, médecins, chercheurs pourtant pas complètement idiots peuvent-elles se justifier ? En quoi un héritier a-t-il du mérite ? Inversement, toute action est-elle entreprise dans le but de recevoir une rétribution ? Autant que questions qui montrent que le mérite, malgré tous les tests, bilans, évaluations, ne peut être sûrement mesuré et payé. Mais le mérite a un mérite, il justifie l’injustifiable.

Zapping 111011101

La clarification a un mérite, le parti socialiste est bien un parti de droite. A l’opposé, comme il n’y a aucune chance que l’union pour un mouvement populaire devienne un parti de gauche, les lendemains qui déchantent se profilent. Jamais l’expression UMPS chère à Marine n’a eu une telle réalité. Jamais le théâtre de leur fausse opposition n’a été aussi factice. Jamais la religion libérale ne fut si absolue.

Zapping 111011100

Jusqu’alors complexé de reconnaître clairement sa dévotion au libéralisme, le parti socialiste s’en tenait aux réformes sociétales, dont l’essence libérale est moins flagrante, sans oser s’emparer de l’économie. C’est ce qui faisait la différence entre la gauche et la droite : à la gauche le sociétal, à la droite l’économie (mais ensemble pour le renforcement du libéralisme). Manuel et Emmanuel, l’ami des patrons et l’ami des banquiers, changent la donne. En plus des acquis anthropologiques, solidarité, famille, laïcité…, la gauche décomplexée, pleinement libérale, s’attaque désormais aux acquis sociaux. Par symétrie mimétique, rien n’empêchera plus la droite de concurrencer la gauche pour les réformes sociétales. C’est pire mais ça ne change rien de fondamental.

Zapping 111011001

On connaissaît les phobes anciens, néfastes mais sans danger : aérophobe, agoraphobe, arachnophobe, claustrophobe, gymnophobe, photophobe, les phobes modernes et honteux : anglophobe, germanophobe, homophobe, lesbophobe, négrophobe, transphobe, xénophobe. A l’occasion de la guerre d’Ukraine, on peut noter l’apparition d’un néophobe autorisé et même recommandé par les médias : russophobe, qui remplace avantageusement l’anticommunisme, sans objet aujourd’hui.

Zapping 111010111

Un journaliste américain décapité, un enfant israélien tué par une bombe, c’est horrible. Plus que quelques milliers de Palestiniens ou d’Ukrainiens ? Selon la propagande occidentale, oui. Relire Chomsky permet d’en saisir la raison : « Un système de propagande tendra invariablement à présenter les victimes d’exactions dans des pays ennemis comme dignes d’intérêt, tandis que celles auxquelles son propre gouvernement ou celui d’un État client inflige un sort identique, voire pire, seront jugés indignes d’intérêt. Cette différence qualitative se mesure à travers le degré d’attention ou d’indignation. Bien que ce traitement différencié se produise à grande échelle, cela échappe complètement aux médias, aux intellectuels et au public. Et le ton général reste marqué de rigueur morale et de bonne conscience. Ce qui est la preuve d’un système d’endoctrinement remarquablement efficace. »